Lu. 6.5

Débat Urbanités. Vis là !
Comment encourager la densification dans les zones villas ?

18:30 — 20:00 Aula du collège de Villamont

Avenue de Villamont
1005 Lausanne

Intervenant·e·s:
Dr. Marie-Paule Thomas , sociologue-urbaniste, iConsulting
Pierre Imhof, chef du Service du développement territorial, État de Vaud
David Michaud, économiste immobilier, BCV

Modérateur :
Marc Frochaux, rédacteur en chef revue Tracés

La politique de densification actuelle est prioritairement ciblée sur les centres des agglomérations. Or, si la densification dite « douce » des zones villas ressemble à une demi-mesure, c’est une piste qu’il ne faut pas pour autant négliger: près d’un quart des ménages suisses habitent actuellement une maison individuelle. Pourtant, la moitié de celles-ci sont occupées par une ou deux personnes, alors qu’elles ont été conçues initialement pour loger une famille entière. En transformant ces maisons, la densité de ces zones pourrait théoriquement doubler. Les habitants se diversifient et les communes y gagnent.

L’État de Vaud a lancé en 2018-2019 un projet pilote auprès de quatre communes, en appliquant une méthode qui implique directement les propriétaires. Dans cette approche, la maison est décrite comme une « matière première » que l’on peut faire évoluer. Mais comment encourage-t-on les habitants à transformer leur bien et accueillir sur leur terrain un ou deux ménages ? Existe-t-il généralement un marché pour ce type d’opération ? Les propriétaires ont-ils les moyens et l’intérêt de s’engager dans des travaux? Comment les cantons et les communes peuvent-ils accompagner ces entreprises ?

Débat Urbanités. Vis là !
Comment encourager la densification dans les zones villas ?

Intervenant·e·s:
Dr. Marie-Paule Thomas , sociologue-urbaniste, iConsulting
Pierre Imhof, chef du Service du développement territorial, État de Vaud
David Michaud, économiste immobilier, BCV

Modérateur :
Marc Frochaux, rédacteur en chef revue Tracés

La politique de densification actuelle est prioritairement ciblée sur les centres des agglomérations. Or, si la densification dite « douce » des zones villas ressemble à une demi-mesure, c’est une piste qu’il ne faut pas pour autant négliger: près d’un quart des ménages suisses habitent actuellement une maison individuelle. Pourtant, la moitié de celles-ci sont occupées par une ou deux personnes, alors qu’elles ont été conçues initialement pour loger une famille entière. En transformant ces maisons, la densité de ces zones pourrait théoriquement doubler. Les habitants se diversifient et les communes y gagnent.

L’État de Vaud a lancé en 2018-2019 un projet pilote auprès de quatre communes, en appliquant une méthode qui implique directement les propriétaires. Dans cette approche, la maison est décrite comme une « matière première » que l’on peut faire évoluer. Mais comment encourage-t-on les habitants à transformer leur bien et accueillir sur leur terrain un ou deux ménages ? Existe-t-il généralement un marché pour ce type d’opération ? Les propriétaires ont-ils les moyens et l’intérêt de s’engager dans des travaux? Comment les cantons et les communes peuvent-ils accompagner ces entreprises ?

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus