Du ma. 10.3 au sa. 16.5.2020

Exposition. Daphné Bengoa, Fernand Pouillon et l’Algérie.
Des vies et une architecture

Théâtre de Vidy

Av. E-H. Jaques-Dalcroze 5
1007 Lausanne

La photographe et réalisatrice suisse Daphné Bengoa a photographié les œuvres de l’architecte Fernand Pouillon, et celles et ceux qui y habitent ou y travaillent aujourd’hui.

Débutée à l’époque coloniale avec des cités à Alger et Oran, l’œuvre algérienne de l’architecte iconoclaste, aussi esthète qu’humaniste, Fernand Pouillon (1912-1986) a participé de l’emprise française sur le territoire algérien, appliquant les principes européens liés à la ville et à l’habitat familial. Pourtant ce qu’il tente est plus passionnant: ses plans et ses conceptions de chantiers économes et durables dialoguent avec la culture algérienne et ses influences grecques ou arabes, tentant formellement un syncrétisme culturel tourné vers les habitant·e·s. Il ouvre la question coloniale à une forme de dialogue qui ne se résume pas facilement: il a de fait été invité par le nouveau pouvoir algérien après l’indépendance pour construire divers équipements urbains.

Daphné Bengoa montre comment les habitant·e·s de l’Alger contemporain se les sont appropriés. Ce faisant, elle expose une réalité riche et complexe où se mêlent le colonial et le poétique, le dialogue des cultures et les réalités de l’Algérie actuelle.

Exposition. Daphné Bengoa, Fernand Pouillon et l’Algérie.
Des vies et une architecture

La photographe et réalisatrice suisse Daphné Bengoa a photographié les œuvres de l’architecte Fernand Pouillon, et celles et ceux qui y habitent ou y travaillent aujourd’hui.

Débutée à l’époque coloniale avec des cités à Alger et Oran, l’œuvre algérienne de l’architecte iconoclaste, aussi esthète qu’humaniste, Fernand Pouillon (1912-1986) a participé de l’emprise française sur le territoire algérien, appliquant les principes européens liés à la ville et à l’habitat familial. Pourtant ce qu’il tente est plus passionnant: ses plans et ses conceptions de chantiers économes et durables dialoguent avec la culture algérienne et ses influences grecques ou arabes, tentant formellement un syncrétisme culturel tourné vers les habitant·e·s. Il ouvre la question coloniale à une forme de dialogue qui ne se résume pas facilement: il a de fait été invité par le nouveau pouvoir algérien après l’indépendance pour construire divers équipements urbains.

Daphné Bengoa montre comment les habitant·e·s de l’Alger contemporain se les sont appropriés. Ce faisant, elle expose une réalité riche et complexe où se mêlent le colonial et le poétique, le dialogue des cultures et les réalités de l’Algérie actuelle.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus